http://106emebcp.fr/recueilsouvenirs106bcp

Formation
Le 15 Mars 1915 à la Caserne des Tourelles à Paris, le 106ème Bataillon de Chasseurs était formé par des chasseurs provenant des dépôts des 26ème, 29ème, 19ème, 25ème, 8ème et 16ème BCP.
 
Les compagnies étaient organisées et, dès réception de l’armement destiné aux unités, ce nouveau Bataillon était prêt à écrire dans l’histoire de la Grande Guerre les pages glorieuses des combats qu’il a menés dans presque tous les secteurs du front, de la Haute Alsace aux Flandres Belges.
 
La fanfare est constituée grâce à la générosité de FRANC-NOHAIN REFRAIN du BATAILLON
Tant que Guil-laume n’s’ra pas cre-vé il faudra marcher
 
Avant le départ pour le front, le Bataillon traverse Paris en un défilé triomphal, empruntant la voie des Grands Boulevards, sous les acclamations enthousiastes de la population.
 
Le 1er Avril 1915, le 106ème s’embarquait à la gare d’Austerlitz pour Bourges. Il fait partie des nouvelles formations : 304ème brigade de la 152ème Division.
 
Le Bataillon, dès son arrivée, est réparti dans les cantonnements aux alentours du Camp d’Avord, notamment à Sainte Solange, pour une période d’instruction intense, prolongeant au mieux celle déjà reçue dans les dépôts, car les compagnies avaient été formées presque exclusivement avec les jeunes recrues de la Classe 1915.
 
Originaire pour le plus grand nombre des contrées occupées par l’ennemi, les Chasseurs n’avaient qu’un seul idéal : se battre, et ils étaient de surcroît commandés par un magnifique entraîneur d’hommes, chasseur dans toute l’acceptation du terme : le Commandant CHENEBLE, natif des Vosges, qui apprit à son Bataillon à les connaître et à les aimer ; lorsqu’il s’est agi de s’y battre, nos Chasseurs ne s’y sont pas trouvés dépaysés.
 
Enfin après quelques jours d’entraînement et d’exercices intensifs en terrains variés, l’assouplissement des Compagnies était réalisé. Entre les Cadres et les Chasseurs, la confiance était soudée, le 106ème allait entrer dans sa période active.
 
Le 13 Avril 1915, il embarquait par voie ferrée et, par la gare régulatrice de Gray, il arrivait à Ambacourt, près de Mirecourt, le 14 Avril, puis le 20 Avril à Bettoncourt, à 2 km de là.
 
< Précédent   Suivant >