http://106emebcp.fr/verdunjuin1916

Annexes
Index de l'article
Annexes
Page 2
Page 3

Rapport du Chef de Bataillon BURTSCHELL

En réponse à l'Ordre d'opérations n° 39 de la 21e D. I., complète par l'Ordre de la Brigade du 15 juin, 3 h. 15, j'ai l'honneur de soumettre respectueusement au commandement les considérations suivantes :

Le Chef de Bataillon commandant le 106e n'a pas le temps nécessaire pour « monter son attaque » dans le court laps de temps qui lui est accordé.

L'ordre a été reçu ce matin au point du jour. Les ravitaillements ne peuvent se faire que de nuit et les unités ne sont pas pourvues de quantités suffisantes de cartouches (environ 150 par homme avec les réserves des unités).

Les liaisons par coureurs sont très difficiles avec les cinq unités déployées en première ligne, sur un front de 900 mètres en ligne droite.

Le Chef de Bataillon commandant le 106e a fait la reconnaissance du secteur avec le colonel de Gouvello. Mais il ne connaît pas son secteur dans le détail, ce qui l'expose à des méprises dans la désignation des objectifs.

Les Commandants des compagnies de première ligne (dont une a été seulement relevée cette nuit) n'ont pu faire les reconnaissances indispensables sur le front ennemi.

La prescription de l'ordre d'opérations de se replier avant 13 heures d'environ 200 mètres en arrière sous les feux d'infanterie et d'artillerie d'un ennemi très actif et toujours en éveil, provoquera sans doute des pertes importantes qui pourraient influer sur le moral de la troupe au moment précis où elle a besoin de toute son ardeur.

C'est pour ces raisons qu'après étude approfondie de ces questions avec le colonel de Gouvello, qui m'a précédé dans le secteur et le connaît à fond, le Chef de Bataillon commandant le 106e avait proposé de sérier les efforts et de tronçonner la ligne ennemie avant de l'enlever définitivement.

L'opération telle qu'elle est envisagée ne me parait possible qu'à la condition expresse qu'il me soit permis de la diriger effectivement, c'est-à-dire de fixer à chacun son objectif et la conduite à tenir. Les liaisons impossibles de jour (pas de boyaux d'accès aux premières lignes, terrain constamment battu par des obus de tous calibres) et le temps trop limité ne me le permettent pas.

Je vais toutefois prendre toutes les dispositions – qui seront, malgré tout, insuffisantes pour qu'on puisse escompter un succès a peu près certain - pour me conformer à l'ordre reçu dans le faible délai qui m'est imposé.

Mais je reste convaincu qu'en l'état actuel de la préparation, la solution d'enlever les tranchées des Trois Centres présente plus de chances de succès en opérant par tronçons successifs.

C'est en songeant uniquement à l'intérêt de mon pays, que je me vois obligé de présenter très respectueusement ces réserves. 

Signé : « Burtschell »

P. C. M 6 - 15/6/1916.

 



 
< Précédent   Suivant >