http://106emebcp.fr/verdunjuin1916

Verdun vu par les grands

« C'est devant les murs de Verdun que se sont brisées les suprêmes espérances de l'Allemagne Impériale.

C'est à Verdun qu'elle avait cherchée à remporter un succès bruyant et théâtral.

C’est à Verdun, qu'avec une fermeté tranquille, les Français ont répondu : « On ne passe pas ! »

Pendant des siècles, sur tous les points du monde, le nom de Verdun continuera de retentir comme une clameur de victoire et comme un cri de joie poussé par l'humanité délivrée ».

Raymond POINCARE

Ancien Président de la République.

 

« Verdun ! c'était d'abord, dans la nuit, la montée lugubre de files d'hommes ployés sous leur barda, trébuchant dans les trous d'obus, d'hommes qui savaient que tous allaient souffrir, que beaucoup allaient mourir dans cet enfer. Et parmi ceux qui montaient ainsi, il y en avait qui avaient eu la chance de redescendre... et qui remontaient.

Verdun ! Ce ne fut pas seulement sur quelques kilomètres carrés la plus massive des hécatombes, ce fut aussi le plus cruel martyr, le plus sublime sacrifice, de tout un peuple en armes ».

René COTY

Ancien Président de la République,

Ancien Combattant de Verdun.

 

« L'Allemagne, en attaquant Verdun, avait entrepris de faire couler le sang français jusqu'à  épuisement et de porter à l'Armée française un coup dont elle ne pourrait se relever. Tous les efforts de l'armée du Kronprinz impérial, dotée des armes les plus puissantes, se sont, pendant des mois, brisés contre le roc de la volonté, de l'endurance, de l'esprit de sacrifice, de la vaillance du soldat français. « Ceux de Verdun » ont lutté, ont souffert sont morts pour que la vieille citadelle lorraine triomphe, inviolée, des plus rudes assauts.

1916 vit se lever l'aurore où percèrent les premiers rayons de la gloire précurseurs de la victoire finale ».

Général WEYGAND

de l'Académie Française.

 

« S'ils n'ont pas oublié, en effet, les centaines de milliers de leurs camarades morts au service d'une cause sacrée, ils n'ont pas oublié davantage que les combattants de Verdun ont puisé leur courage dans la foi de tout un peuple ».

Maurice GENEVOIX

Secrétaire perpétuel de l'Academie Française.

 

« Combien reste t-il d'acteurs de ce drame inouï : les rangs se sont éclaircis, les rangs s'éclaircissent jour après jour ; les survivants se répètent encore ces noms de Douaumont, Vaux, le Morthomme, le ravin des Vignes et le ravin de la Mort, mais les autres ? Mais les autres, alors que nos « fabricateurs » d'Histoire à la mode d'aujourd'hui s'en vont déclarant que l'on doit rayer ces grandes pages de la Grande Histoire afin de préparer la réconciliation « universelle »... Mais avant que nous soit démontré que le destin de la France et celui de l'humanité ne furent pas en péril aux sombres heures de la sanglante mêlée, disons que nous restons justement fiers « d'en avoir été ».

Marcel ENGRAND

Ancien Président Général de l'Union

Française des Anciens Combattants.

 

« A une époque où l'esprit civique se détériore gravement, il convient de rappeler les glorieuses étapes au cours desquelles les Français témoignèrent, par leur courage et leurs sacrifices, de leur patriotique enthousiasme.

Parmi tant de jours prestigieux qui enrichissent notre patrimoine moral, Verdun demeure le symbole d'une résistance unanime aux assauts de l'envahisseur.

 Verdun, c'est tout un peuple uni, résolu, résigné, acceptant une souffrance jusqu'alors jamais imposée, disputant mètre par mètre la terre convoitée par l'adversaire et triomphant au prix d'un effort surhumain.

Une armée de morts continue de monter la garde du souvenir autour de Verdun, Des milliers d'inconnus reposent dans les caveaux de l'Ossuaire de Douaumont. Des croix et des stèles signalent, dans d'immenses nécropoles, ceux qui ont gardé leur nom. Tous ces Français immolés, ceux de la métropole comme ceux venus des terres lointaines de l'Afrique sont, en dépit des apparences, l’exemple vivant du Devoir et continuent de prodiguer l'impérieuse leçon de l'Histoire : union, discipline, ténacité, sacrifice ».

Paul MANET

Président de l'Union Française

des Anciens Combattants.

 
< Précédent   Suivant >